Le point G : mythe ou réalité ?

//Le point G : mythe ou réalité ?

Le point G : mythe ou réalité ?

Les femmes qui ont déjà éprouvé des orgasmes provoqués par la stimulation tactile du point G donnent des avis favorables. Assurément, d’autres sont encore dans le doute. Toutefois, plusieurs spécialistes sont convaincus de son existence et du bonheur procuré aux femmes. Origine, localisation, positions sexuelles pour le stimuler… Découvrez !

 

1-Le point G : une zone à l’intérieur du vagin

Les études sur la sexualité féminine ont permis la découverte d’une zone sexuellement excitable localisée à l’intérieur du vagin. Les femmes qui ont su repérer cette zone érogène en tirent un maximum de plaisir au cours des rapports sexuels. Clin d’œil sur son histoire et la localisation du point G.

trouver le point G

Découverte du point G

Le point G était méconnu jusqu’en 1950, l’année de sa découverte par un brillant docteur. Le scientifique à l’origine de cette découverte est le docteur allemand Ernt Grafenberg. Comme de nombreux scientifiques qui ont mis leur nom sur leurs découvertes, le gynécologue Grafenberg décide aussi de léguer le sien à cette zone érogène chez la femme. D’où le nom de : « Point G ». Il faut savoir que Grafenberg a localisé cette zone au niveau de la partie supérieure de la face antérieur du vagin. Pour faire plus simple, on dira que le point de Grafenberg se trouve du côté du pubis à environ 6 cm du seuil de la vulve. La stimulation tactile du point G entraîne de puissants orgasmes chez la femme. Toutefois, le monde scientifique n’est pas unanime sur le sujet.

Trouver son point G

Selon les découvertes du gynécologue Ernt Grafenberg, le point G se trouve à un endroit précis du vagin. On peut donc localiser celui-ci avec précision. Cela peut se faire avec l’aide d’un partenaire masculin. En position allongée, on demande à son partenaire d’introduire un doigt dans le vagin. Puis, le doigt recourbé doit entrer en contact avec la paroi du vagin. Bien sûr, la paume de la main doit être tournée vers le haut. Certaines femmes ont fait cette merveilleuse découverte dès la première tentative. Pourquoi pas vous ?

 

2-Quelles positions sexuelles pour stimuler le point G ?

Le point G est une zone très sensible dont l’excitation peut provoquer de nombreux orgasmes successifs pendant les rapports sexuels. Mais, il faudrait faire appel à des positions sexuelles pouvant favoriser une excitation maximale de cette zone érogène. Il existe une variété de positions sexuelles. On ne demande pas de les pratiquer toutes à la fois. Le couple choisira ce qui lui convient vraiment. Voici 4 positions sexuelles qui stimulent ce point « mystérieux » !

Posture 1 : la position d’Andromaque

Dans la position d’Andromaque, c’est plutôt la femme qui joue le grand rôle. Alors, mesdames, si vous voulez bénéficier des délices offerts par la stimulation de point G, vous devez prendre des initiatives. Ici, l’homme est étendu sur le dos. Sa partenaire vient se placer au-dessus de lui. Dans cette position, elle peut choisir entre s’accroupir ou s’agenouiller. La position d’Andromaque est recommandée, car elle permet à la femme de contrôler la profondeur de la pénétration. Elle peut ainsi entraîner le pénis de son partenaire plus précisément dans la région du point G. La femme pourra aussi contrôler à souhait le rythme de la pénétration. Il peut arriver qu’un homme trouve cette position inconfortable, dans ce cas les partenaires exploreront par exemple la posture de l’Enclume.            

Posture 2 : la position de l’Enclume

Dans la posture de l’Enclume, c’est la femme qui est allongée sur le dos à la différence de la posture d’Andromaque. L’homme s’étend sur la femme. Cependant, les pieds de celle-ci doivent se poser sur les épaules de son conjoint. Le partenaire peut maintenant exécuter les mouvements de va-et-vient dans l’optique de stimuler la zone du point G. La posture de l’Enclume favorise une pénétration maximale. Le partenaire doit savoir que pour stimuler le point G de sa conjointe, il n’a pas besoin de faire une pénétration maximale. D’ailleurs, sa partenaire ressentira des douleurs dans le cas où le pénis heurtera le fond du vagin. Enfin, n’oubliez pas que cette position exige de la souplesse.

Posture 3 : la position de l’équerre

Voilà une position qui se pratique en dehors du lit. Si vous avez une table dans votre chambre, vous pourrez explorer la position de l’équerre avec votre partenaire et profiter d’une bonne stimulation du point G. Bien avant, prenez le soin de débarrasser la table de tous les objets. Sur la table, la femme est allongée sur le dos. Quant à l’homme, il vient s’installer en douceur entre ses jambes. Les jambes de la femme entourent la hanche de son homme qui prendra appui avec les mains sur le bord de la table. Cette position est préconisée, car le pénis se trouve dans l’axe de la vulve. Cela favorise des stimulations tactiles au niveau du point G. A l’instar de la posture de l’enclume, la position de l’équerre favorise une pénétration profonde pouvant procurer de très vives sensations à la femme.

Posture 4 : la position de la balançoire

Ici, l’homme est allongé et sa partenaire s’installe au-dessus de lui. Elle est différente de la position d’Andromaque puisque la femme tourne le dos à son partenaire. Assise sur l’homme, les pieds de ce dernier lui servent d’appui. La position de la balançoire favorise une grande amplitude de stimulation du point G. La femme peut effectuer des mouvements variés dans cette posture. Elle peut se pencher en avant ou encore sauter sur le pénis de son partenaire. 

 

3-Point G et périnée

Le périnée a un rôle important dans les rapports sexuels. Des études ont révélé que le périnée augmente le plaisir chez l’homme comme chez la femme. Une bonne musculation du périnée joue en faveur de l’érection féminine. Chaque femme peut donc muscler son périnée dans l’objectif de mieux stimuler son point G. Vous pouvez tenter une rééducation du périnée auprès d’un spécialiste. Par ailleurs, certains experts proposent une amplification du point G afin de favoriser sa stimulation durant les rapports coïtaux. Il existe des techniques très récentes d’amplification du point G.

Par | 2018-03-08T09:08:35+00:00 mars 8th, 2018|sexo|